Archives

kekeLMB_Camille_Cigale_Paris_2017

7 Juin 2017 – Camille – La Cigale, Paris

Camille est une artiste unique en son genre. Je l’ai découverte au Printemps de Bourges il y a cinq ans lorsqu’elle y présentait sa tournée « Ilo Veyou ». Je passais par hasard devant la salle et comme je n’avais rien de mieux à faire, je suis allé la voir ! Pendant deux heures, j’ai été happé par son univers fait de bric et de broc, mais surtout par sa voix capable de nous transporter ailleurs en un claquement de langue. « OUÏ », sa nouvelle pépite, est disponible depuis quelques jours et tourne en boucle dans mes oreilles. Je vous laisse imaginer mon impatience de la retrouver sur scène avec ce disque. J’espère faire honneur au spectacle.

Il est 19 heures lorsque j’arrive à la Cigale, dans le 18e arrondissement de Paris. Il y a déjà quelques personnes devant la salle. Je m’installe en fosse et j’attends patiemment le début du concert. C’est Matt Maltese qui assure la première partie. Je ne suis pas du tout emballé par ce que j’entends, c’est hyper barbant. Autour de lui, on peut deviner les instruments recouverts d’immenses draperies bleues, mais rien ne filtre avant l’extinction des feux…

kekeLMB_Camille_Cigale_Paris_2017_photo_1

Le silence se fait dans la salle. On aperçoit la silhouette agenouillée de Camille sous un drap bleu au centre de la scène. Elle entonne a cappella le titre « Blue » de Joni Mitchell sorti en 1971. Elle se relève doucement au rythme lancinant des percussions sur une version bilingue du chant traditionnel « Le Tourdion ». Même si j’imaginais une introduction singulière venant d’elle, je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit aussi étonnante 😅 Camille se révèle et porte maintenant le morceau de tissu comme un voile. Elle est rejointe par ses trois choristes, vêtues de bleu également, alors que démarre le sublime « Sous Le Sable ». On découvre peu à peu les instruments, les deux percussionnistes tout d’abord sur la droite de la scène, puis le clavier tout à gauche. Ils enchaînent sur « Fontaine De Lait », extrait de « OUÏ », dont je suis fan absolu. On comprend rapidement que l’étoffe sera le fil rouge de la soirée… Portée en cape, en toge, sur la tête ou aux pieds, c’est l’élément central du concert 😙

Je ne dirais pas que l’atmosphère est pesante, mais je sens Camille assez tendue pour le moment. Je ne sais pas si c’est une posture qu’elle a choisi ou si elle est réellement stressée. En tout cas, elle n’a pas encore dit un mot et enchaîne sans transition sur « Lasso » et « Je Ne Mâche Pas Mes Mots », deux extraits de son dernier album. J’en profite pour saluer sa technique vocale et sa manière d’interpréter les chansons : elle nous entraîne avec une telle facilité dans son univers qu’on ne peut qu’être impressionné par ce qu’elle dégage. L’ambiance, plutôt douce jusque-là prend une tout autre tournure avec « Twix » dont le rythme endiablé réveille la salle en un clin d’œil ! L’album est absolument génial en live et j’espère vivement qu’il y aura une captation audio de cette tournée pour réentendre ces nouvelles orchestrations.

kekeLMB_Camille_Cigale_Paris_2017_photo_2

Le concert se poursuit avec « Home Is Where It Hurts » que je ne connais pas et qui me fait l’effet d’une claque ! Je tombe raide dingue du titre et de la façon dont elle le réinvente. C’est clairement l’un des moments forts de la soirée, il se clôture sur une séquence de hand clapping complètement folle ! Accompagnée par ses choristes, elle enchaîne sur « Ilo Veyou » et « My Man Is Married But Not To Me » qu’elle termine en ombre chinoise derrière le drap bleu avec un premier « Bonsoir ! ». Vient le morceau que j’attends le plus : « Les Loups », sorte de bourrée électro, et tube imparable de son dernier album. Je vous invite à découvrir l’extrait vidéo à la fin de l’article pour vous faire une idée de l’univers dans lequel elle nous embarque avec ce morceau. L’outro avec les percussions est démente, c’est exactement ce que j’espérais entendre 💙

Elle nous parle ensuite de « Paris », l’un de ses classiques… qui me fait réaliser à quel point la ville va manquer, puis de la « Rue De Ménilmontant » sous un filet lumière blanche. Elle s’assoit au piano pour « Pale Septembre » accompagnée de ses musiciens et choristes pour les chœurs et le rythme. Un beau moment. Les quatre filles se rejoignent sous le voile bleu, pour interpréter « Nuit Debout » comme sous une toile de tente. Camille installe ensuite la pièce de tissu à ses pieds pour « Piscine » afin de symboliser l’eau tout près d’elle. Selon ses mouvements, le drap s’enroule et se froisse autour de ses pieds pour rappeler les remous de la mer.

kekeLMB_Camille_Cigale_Paris_2017_photo_5

Couchée par terre au centre de la scène, elle se crée une robe de fortune pour « Fille À Papa », qu’elle accompagne d’une chorégraphie inspirée du tango. À la fin de la chanson, ses choristes la rejoignent avec une toge blanche avec laquelle elles l’habillent. La tenue m’évoque ce que porte Laura Ingalls pour dormir dans « La Petite Maison Dans La Prairie » 😂 Elle tournoie avec volupté dans sa tunique immaculée avant de saluer le public et quitter la salle. C’est la fin du set principal. Après quelques minutes de rappel, elle revient accompagnée de sa troupe pour « Seeds », tambours à la main. Pendant la chanson, ils se mêlent aux spectateurs dans la fosse avant de remonter sur scène pour interpréter « Ta Douleur ». L’ambiance est parfaitement décontractée et se poursuit avec l’excellent « Allez Allez Allez » que j’ai eu en tête toute la journée 😅. Elle nous remercie chaleureusement d’être là – ce sont les premiers véritables mots qu’elle nous accorde depuis le début du concert – et invite un certain nombre de spectateurs à la rejoindre pour une chorale improvisée.

Je ne sais pas si c’est tous les soirs la même chose, mais c’est près d’une vingtaine de personnes qui montent sur scène à ce moment-là. Deux filles grimpent également pour danser. Le résultat est franchement top et encore une fois, on ne peut être qu’impressionné par ce qu’elle réussit à créer en live. Elle demande ensuite aux spectateurs qui l’entourent de choisir une chanson qu’elle n’a pas encore interprétée ce soir. Elle opte pour « La Demeure D’un Ciel » que je ne connais pas et que je suis ravi de découvrir grâce à l’un ou l’une d’entre vous 😍 Elle quitte la scène pour revenir une dernière fois, comme elle a commencé d’ailleurs… a cappella, sur un morceau de l’album précédent : « Tout Dit ». La parfaite conclusion à cette soirée.

kekeLMB_Camille_Cigale_Paris_2017_photo_4

Vous l’avez compris, j’ai été transporté du début à la fin de la soirée. Aller voir Camille sur scène, c’est aller au-delà du simple concert : c’est un vrai travail de création artistique. Le gros point fort du spectacle c’est évidemment son inventivité. D’un côté, un décor minimaliste qui évolue tout au long de la soirée, avec une tenture au fond qui s’élève qui s’abaisse, des instruments qui se laissent découvrir au fur et à mesure ; et de l’autre, la pièce maîtresse : le drap bleu, dont elle se sert comme d’une cape, comme d’une robe, comme d’un accessoire, etc. Chaque titre à sa mise en scène, sa propre atmosphère. Et puis, on ne peut pas parler de Camille sans parler de sa voix. Parce qu’on va la voir avant tout pour sa capacité de nous embarquer dans toutes sortes de nuances grâce à ses gimmicks vocaux. Sa technique vocale est incroyable !

Les choristes qui l’accompagnent font un travail époustouflant, mais il y a aussi les percussions qui apportent un vrai relief aux morceaux, notamment ceux du dernier album. La setlist est variée, les titres réinventés, j’ai même pu découvrir deux belles surprises : « Home Is Where It Hurts » et « La Demeure D’un Ciel ». Je regrette seulement qu’elle n’ait pas fait « Langue », c’est un titre de son dernier album « OUÏ » que j’affectionne tout particulièrement. Une prochaine fois peut-être ? Je vous invite vivement à la découvrir sur scène, c’est un spectacle d’une poésie rare… L’atmosphère y est très particulière, même pendant les moments les plus joyeux, mais vous en sortirez avec l’impression d’avoir vu quelque chose d’exceptionnel et c’est ce que je peux vous souhaiter de mieux 👍

On se retrouve très vite pour de nouvelles aventures. Je vous préviens dès maintenant : la prochaine fois, on change totalement d’univers ! Rejoignez-moi sur les réseaux sociaux, FacebookTwitter et Instagram, je vous y attends de pied ferme et surtout n’hésitez pas à laisser un commentaire pour partager avec nous ce bonheur qu’est de voir Camille en concert.

Setlist : Blue / Le Tourdion / Sous Le Sable / Fontaine De Lait / Lasso / Je Ne Mâche Pas Mes Mots / Twix / Home Is Where It Hurts / Ilo Veyou / My Man Is Married But Not To Me / Les Loups / Paris / Rue De Ménilmontant / Pale Septembre / Nuit Debout / Piscine / Fille À Papa / Seeds / Ta Douleur / Allez Allez Allez / Impro / La Demeure D’un Ciel / Tout Dit

Également disponible en vidéo sur YouTube : Les LoupsSeedsAllez Allez Allez

kekeLMB_Arielle_Dombasle_Hillbilly_Moon_Explosion_French_Kiss_Tour_Bus_Palladium_Paris_2015_affiche

4 Novembre 2015 – Arielle Dombasle and the Hillbilly Moon Explosion : French Kiss Tour – La Cigale, Paris (2015)

Aller voir Arielle Dombasle sur scène c’est une expérience qui relève presque du parcours du combattant ! En effet, si les aléas du calendrier vous le permettent et si votre banquier vous autorise la dépense (de 49 € à 76 € quand même) : il ne vous reste plus qu’à croiser les doigts pour que votre date ne soit pas annulée ! Cette fois-ci, ils avaient vu grand avec pas moins de trois concerts à Paris ! Le 3 novembre au Manko Club, le 4 novembre à la Cigale et le 5 novembre au Bus Palladium. Avec mes amis Ludovic et Gauthier, nous avions choisi cette dernière date pour des questions de disponibilité et de prix, mais manque de bol, nous n’avons pas passé l’ultime étape : le show a été annulé faute de remplissage ! LOL ! Et ce n’était pas la première fois que ça arrivait, en 2010 déjà, Nicolas et moi avions été privés du « Video Glam Show » à Aix-en-Provence pour les mêmes raisons. Ludovic et Gauthier ne pouvant finalement plus m’accompagner à la Cigale et n’ayant plus envie de dépenser le moindre centime pour cette date : j’ai cherché les concours pour gagner des places et c’est de cette manière que j’ai réglé l’affaire ; en invitant Nicolas par la même occasion, afin de mettre fin à la malédiction créée en 2010 ! Hahaha !

Lire la suite…

kekeLMB_Charlie_Winston_La_Fleche_d'Or_Paris_2011

21 Mars 2012 – Charlie Winston – La Cigale, Paris

C’est toujours avec beaucoup de difficultés que je me lance dans l’écriture d’un compte rendu. Je me demande si je vais réussir à retranscrire ce que j’ai pu ressentir durant le concert et me souvenir de tous les petits détails ! Charlie Winston : c’est une valeur sûre, j’étais persuadé que j’allais aimer même si j’appréhendais un peu une redite du showcase à la Flèche d’Or l’année dernière (cf. Charlie Winston – La Flèche d’Or, Paris (2011)). Eh bien, j’ai été conquis une nouvelle fois, et bien au-delà de mes espérances ! C’était excellent !

Lire la suite…

À propos


Passionné de musique et blogueur à mes heures perdues : mes idoles sont Britney, Elvis et Kanye. Et si on vous pose la question : oui, j'assume 😉

Facebook

Twitter

Youtube