Selena Gomez : Stars Dance Tour – Zénith, Paris (2013)

kekeLMB_Selena_Gomez_Stars_Dance_Tour_Zenith_Paris_2013

5 Septembre 2013 – Selena Gomez : Stars Dance Tour – Zénith, Paris

Je suis désolé d’avoir mis de côté cette pauvre Selena Gomez au profit de Mylène Farmer, dont j’ai déjà rédigé le compte-rendu avant (cf. Mylène Farmer : Timeless 2013 – Bercy, Paris (2013)), mais j’ai eu du mal à me replonger dans ce « Stars Dance Tour ». Maintenant je suis prêt et je vous propose de partir avec moi à la découverte de ce spectacle où l’on voit les étoiles danser. Oui, je fais un peu de poésie et alors ? ;-D

Je l’ai dit mille fois en quinze jours, mais je me réellement intéressé à Selena Gomez avec cet album, « Stars Dance ». Je connaissais également « Love You Like A Love Song », mais je n’avais pas poussé la curiosité plus loin. Bref, ce disque m’a vraiment donné envie d’aller la voir en concert ! La date étant complète, c’est avec une hargne sans limites que je me suis lancé dans tous les jeux-concours disponibles sur Internet. La chance m’a souri une fois encore ! Je remercie d’ailleurs la radio NRJ pour les billets ! Quoiqu’il arrive, mon pote Guillaume avait lui aussi gagné, donc d’une manière ou d’une autre, c’était dans la poche ! Trêve de blablas : on se pointe au Zénith de Paris assez tard, et on se place au fond de la fosse en attendant que la première partie, les « TimeFlies », groupe random pour ados, en finisse de nous casser les oreilles ! Lol ! Moyenne d’âge de la salle : 14-15 ans, sans compter les parents évidemment. Autant vous dire qu’on fait un peu tache !

kekeLMB_Selena_Gomez_Stars_Dance_Tour_Zenith_Paris_2013_(1)

Il est 21h tout pile quand les lumières s’éteignent. Le décor est plus qu’épuré… à ma grande surprise d’ailleurs ! De la version originale du spectacle, ne reste qu’un écran géant, rien de bien exceptionnel. Au Canada, ils ont eu droit à un escalier central, une avancée lumineuse en forme « S » et beaucoup plus d’idées dans la scénographie : un énorme barnum dont nous devrons donc nous passer. Dommage. L’intro vidéo commence : on se retrouve « chez » Selena Gomez, dans sa chambre pour être exact. La petite semble endormie sur une carte du ciel lorsque tout à coup : elle se réveille dans son rêve, coincée entre quatre portes. Elle en choisit une au hasard qui l’a même directement sur scène. Franchement, on a vu mieux. Elle apparait dans un nuage de fumée sur « Bang Bang Bang ». Elle porte une tunique blanche et un microshort noir. C’est sobre, peut-être même un peu trop ! Deux danseuses l’accompagnent, au lieu de 8 sur la version canadienne. Elle enchaîne sur « Round & Round » puis sur « Like a Champion ». L’ambiance se veut reggae et ça marche plutôt bien : beaux éclairages, jolie énergie ! Selena arpente la scène de gauche à droite sans trop se soucier des spectateurs devant elle. Je la trouve très concentrée sur ce qu’elle à faire, les yeux fermés ou le regard fuyant le public, elle ne s’occupe que de sa chorégraphie. Le moment est sympa, mais pas autant que « B.E.A.T. ». C’est là que les arrangements live prennent tout leur sens. C’est le GROS POINT POSITIF de cette tournée que de pouvoir entendre les morceaux de l’album joués en live quasi intégral. J’ai adoré cette orchestration, plus rock, plus punchy que la version originale. La voix n’est pas nickel, mais elle chante en live alors on ne va pas se plaindre hein !

Premier interlude vidéo de la soirée, Selena rejoint son monde des rêves et ses quatre portes. Elle n’est pas CONNE, elle en choisit donc une autre, et se retrouve projetée dans un vieux film en noir & blanc. Lorsqu’elle revient sur scène… je suis surpris de voir qu’elle n’a pas changé de costume. Habituellement, les coupures de ce genre servent à ça non ?! Elle fait son retour sur la chanson éponyme de l’album, « Stars Dance ». C’est sympa. J’ai bien aimé ce moment même s’il ne se passe absolument rien. La voix est claire et juste, rien à redire ! L’enchainement est instantané sur « Write Your Name », autre morceau de « Stars Dance ». C’est un titre plutôt bateau sur l’album, mais l’orchestration live lui donne une vraie puissance. Sur l’écran derrière elle, on peut voir  des écritures lumineuses, dont son nom. Au moins, c’est cohérent ! La mise en scène est sacrément pauvre sur ces chansons. Seule, elle a beau se déhancher de gauche à droite, elle a quand même du mal à combler l’espace. Elle prend ensuite la parole pour dire qu’il s’agit de son premier concert à Paris. Elle demande également si c’est l’anniversaire de quelqu’un dans la salle et précise que c’est celui de son pote Gary. Après un putassier « Happy Birthday Gaaary », elle se lance dans l’interprétation de « Birthday » (celle-là, on s’y attendait, mais alors PAS DU TOUT, lol). Le titre est super sympa et pour le coup, il y a un semblant de mise en scène : les danseuses et elle nous gratifient d’une petite chorée sexy sur des chaises. Elle reprend ensuite « Birthday Cake » de Rihanna. C’est plutôt inattendu : c’est une bonne surprise ! Une introduction grandiloquente au piano annonce « Love You Like a Love Song », qui est censée être son plus gros tube ici. Vous trouverez le lien vers la vidéo à la fin de l’article. Eh bien, le titre est toujours aussi énorme, mais on pouvait s’attendre à un moment plus exceptionnel. La regarder se dandiner de gauche à droite, franchement… ça fait peine à voir sur une chanson pareil ! Le public est, en tout cas, hyper réactif sur ce morceau ! Elle repart ensuite dans les coulisses pour se changer… ou pas.

kekeLMB_Selena_Gomez_Stars_Dance_Tour_Zenith_Paris_2013_(2)

Nouvel interlude, autre porte. Elle se retrouve à présent dans le jardin enchanté aux mille délices (poésie quand tu nous tiens :-D). Et… O.M.G. Elle aperçoit une boîte (UNE BOITE BORDEL DE MERDE !) dans laquelle se trouve un micro pailleté à son nom gravé en lettres de lumière (JUST SUBLAÏME). Lorsqu’elle le saisit, de manière délicate et sensuelle, elle se retrouve projetée, d’une façon qui m’échappe (mais c’est un RÊVE on vous dit, suivez un peu) de plein front sous le feu des critiques et des paparazzis. Les grands mots sont lâchés : TRAHISON, JALOUSIE, VÉRITÉS, RUMEURS… Mais que cache ce déchainement de HAINE envers cette petite traînée de Selena Gomez ? Houla, on est malin nous, on a bien compris que cette séquence digne des « Dossiers de l’Histoire » fait référence à son EX, qui n’est autre que Justin Bieber. Et quelle surprise lorsqu’elle revient sur scène pour interpréter « Love Will Remember » ! Mouah ah ah. TOUT S’EXPLIQUE !!! Dommage que cette orchestration soit moins sophistiquée que celle de l’album, je suis un peu déçu. Elle enchaîne sur deux reprises chiantes comme la pluie : « Dream » de Priscilla Ahn et « Royals »  de Lorde. Heureusement, le concert continue sur les chapeaux de roues sur « Who Says » qui redonne du peps (et du fun !) à la soirée. Bon. J’avais regardé la setlist et je savais que la chanson suivante était « Whiplash », écrite en partie par Britney Spears (à qui je voue un véritable culte, les fidèles de ce site le savent). J’avais donc envie que d’une manière ou d’une autre, elle la cite, ou la remercie en disant que la QUEEN lui avait donné ce titre. J’ai eu BIEN mieux ! Oui oui ! Nouvel interlude et pas des moindres, car c’est LE MOMENT de SLAYAGE absolu. Selena ouvre la dernière porte du monde des rêves et là, les musiciens se mettent à jouer « My Prerogative » version Britney Bitch. Incroyable ! Je n’en attendais pas tant. Autant vous dire que ça m’a fait ma soirée ! Lol ! Bref, moi qui ne connaissais pas spécialement « Whiplash » : j’ai été slayé par tant de beauté et de puissance réunies en un seul morceau. J’en fais des caisses ? ET ALORS !

Elle enchaine ensuite sur « Naturally » et « Save The Day », deux excellents titres. J’ai particulier aimé l’orchestration live de « Save The Day », que vous pourrez retrouver en vidéo à la fin de l’article ! Mais le moment que j’attends le plus, c’est le morceau avec lequel je vous bassine depuis des semaines : « Undercover ». Pour moi le meilleur titre du disque ! Je ne suis pas déçu, j’en prends plein les yeux et les oreilles, c’est génial ! Vous retrouvez également la vidéo à la fin de l’article ! Je regrette encore plus l’absence d’une véritable scénographie, car ça pourrait vraiment déglinguer sa race avec 2-3 éléments en plus ! Elle enchaîne directement sur « A Year Without Rain » avant de quitter la scène sous les applaudissements du public ! Reste donc le rappel. On la voit se « réveiller » dans la vidéo interlude et la voici revenir devant nous avec un nouveau costume sur « Come & Get It », malheureusement intégralement en playback. Le moment est quand même sympa avec la petite chorée hindoue. « Slow Down » est lancé et c’est parti pour un final de folie avec confettis et tout le barnum, en playback également. Il y a une super ambiance dans la salle ! Je ne voyais pas d’autres morceaux pour terminer le concert ! Je me suis bien éclaté ! L’orchestration live de la chanson l’a rend encore plus puissante qu’en studio. Selena quitte ensuite la scène au bout de 1h30 de show. C’est rodé, propre, mais j’ai l’impression qu’elle est quand même contente de sa soirée !

kekeLMB_Selena_Gomez_Stars_Dance_Tour_Zenith_Paris_2013_(3)

Pour conclure, je commencerais par dire que ce n’était clairement pas à la hauteur de mes attentes ! Ayant regardé une dizaine de vidéos de la tournée canadienne : vous pouvez imaginer ma surprise quand j’ai compris qu’on avait affaire à une version low-cost du spectacle. Pas de décors (bye l’escalier et l’avancée de scène en S), moins de danseurs, moins de costumes et surtout ceux qu’elle portait étaient beaucoup moins sophistiqués que ceux que j’avais vus. Bref, je peux comprendre que ça coûte cher de faire venir tout ça en Europe, mais il y a un juste milieu. 50 balles la place pour ça, non ! Je suis content de ne pas avoir payé, car j’aurais été encore plus déçu ! Concernant la setlist, je suis plutôt satisfait : j’ai eu tout ce que je voulais entendre : « B.E.A.T »« Stars Dance »« Undercover »« Save the Day »« Slow Down ». Belle surprise avec « Whiplash » qui m’a fait découvrir l’album « When The Sun Goes Down », et puis, elle a rendu hommage à la QUEEN sur l’interlude « My Prerogative » et ça, ça change tout ! Haha ! D’ailleurs, les interludes parlons-en, dans cette version du spectacle : ils ne servent à rien, répétitifs et peu créatifs : si elle n’en profite pas pour changer de costumes comme c’est le cas, autant les supprimer !

Objectivement, l’ensemble est très énergique, les orchestrations live sont super chouettes, elle chante et danse plutôt bien : le niveau est correct ! Ça manque un peu d’âme évidemment, elle est jeune, elle n’a pas un énorme charisme (je n’ai pas trop aimé son regard fuyant le public tout au long de la soirée). Il faut qu’elle sorte un peu de sa routine et qu’elle profite un peu plus de l’environnement dans lequel elle évolue. Moi j’attendais mieux, mais je peux parfaitement comprendre que certains ou certaines aient adoré parce c’est calibré pour être efficace. On verra la façon dont elle progresse dans les années qui viennent, des comme elle, il y en a beaucoup, ça risque d’être difficile de tirer son épingle du jeu ! Je vous laisse avec les photos et les vidéos de la soirée ! N’hésitez pas à laisser un commentaire et à vous abonner à mes pages : Facebook, Twitter et Instagram pour être tenus informés de l’actualité du blog !

Setlist : Bang Bang Bang / Round & Round / Like a Champion / B.E.A.T. / Stars Dance / Write Your Name / Birthday / Birthday Cake / Love You Like a Love Song / Love Will Remember / Dream / Royals / Who Says / Whiplash / Naturally / Save The Day / Undercover / A Year Without Rain / Come & Get It / Slow Down

Également disponible en vidéo sur YouTube : Love You Like A Love SongSave The DayUndercover

Partager cet article

3 Commentaires

  1. Kévin Le Louédec

    14 septembre 2013 à 14 h 08 min

    Cool ton article, ça nous fait découvrir le concert pour ceux qui n’étaient pas présents à la soirée :) Très agréable à lire!
    Je ne savais pas que le groupe jouaient « My Prerogative » version Britney, c’est cool comme tu dis :-)

    (Vivement son retour, It’s Britney Bitch! 😛 )

    Sinon, pas étonné que le show soit si rodé et que de ce fait, elle ne soit pas dans le moment à échanger avec son public… La force des concerts c’est aussi ça : sentir la communion avec l’artiste…
    Mais la plupart des stars américaines sont comme ça…
    Elles font leur taff et c’est déjà bien, si c’est bien fait : on va pas trop leur en demander ^^

    Répondre

  2. Marion

    14 janvier 2014 à 12 h 48 min

    Heu j’etait présente au concert je suis une grande fan de Selena et je peu te dire qu’elle échanger beaucoup avec nous c’est juste que tu etait la pour prendre des note donc tu ne voyait pas l’energie qu’elle nous envoyer.
    Et la moyenne d’age et bien plus haute que 14-15 ans j’etait avec un groupe d’amie qui avais 20-23 ans alors revois tes calcul.

    Son concert etait magnifique on etait tous au courant qu’on ne devais pas s’attendre a un show comme elle avais fait au Canada car c’etait ces premiere scene en Europe.
    Allez avant de critiquer verifie que ce que tu dit n’est pas des conneriies.

    Répondre

  3. Thara

    19 juillet 2014 à 16 h 25 min

    Euh moi j’y était au concert et il était super bien et c’est normal que sa soit pas la même chose que sa tournée canadienne parce que déjà le Zenith c’est super petit par rapport a Bercy donc elle pouvait pas mettre la en S et ses danseurs ne pouvaient pas tous venir moi aussi j’était un peu dessus pour mes costumes mais bon. Elle n’as pas du tout éviter le regarde de ses fans pendant le concert y’a plain de photos et de vidéos ou tu la vois sourire et s’éclater.
    Et puis si t’est pas content et que t’as dit que tu payerais jamais 50 euro t’avais qu’a pas venir

    Répondre

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Articles en lien